Jacques

Berque

 
 

Frenda 1910

 - 1995

 

Un intellectuel en son sicle

Edmond Jouve

 

 

Le professeur Edmond Jouve, de l'Universit de Nancy Il, est prsident de l'Association des crivains de langue franaise (ADELF). Il nous prsente ici un grand spcialiste de l'islam.

L'homme dont je voudrais, aujourd'hui, clbrer la mmoire tait n Frenda, non loin de Taoughzour, en Algrie, en 1910. N dans une famille catholique, il tait le fils d'Augustin Berque, administrateur civil en Algrie. Il est mort foudroy, 85 ans, le 27 juin 1995, en pleine traduction de la Sunna.

Massif, comme taill la serpe, il savait sduire et charmer. C'tait une personnalit aux multiples facettes, la fois homme d'action et de rflexion.

 

UN HOMME DE SCIENCE

Il fur, avant tout, un homme de science. Se nourrissant de l'enseignement de ses matres, - en particulier de l'hellniste Louis Gerner qui l'initie la sociologie - et de l'exprience acquise sur le terrain - alors qu'il est contrleur civil puis administrateur civil au Maroc, de 1934 (date de la mort de Lyautey) 1953 (date du dpart en exil de Mohammed V), il difie- pour reprendre la formule du Professeur Ahmed Moatassime - une uvre colossale de grande porte.

Dans son uvre, Les structures sociales du Haut Atlas occupent une place particulire. C'est en rdigeant cette somme qu'il met en uvre sa sociologie en action . Il la caractrise ainsi: Abandonnant la mthode suspecte de l'informateur et des questionnaires, je lais- sais venir moi les problmes et les faits. Le meilleur de ma provende, je le recueillais presque par hasard la faveur de tournes dans la montagne, de longues causeries sur les chemins, de dbats judiciaires, de ftes, de veilles. Ainsi s'approfondissaient simultan- ment l'amiti et la connaissance.

Jacques Berque savait, aussi, tre modeste. Dans son avertissement publi dans sa seconde traduction du Coran (Paris, Albin Michel, 1995), il crivait ceci :

Quatre ans de plus dans l'tude du texte coranique auront davantage arm le travail. On a bnfici d'utiles observations glanes dans les comptes rendus assez nombreux auxquels a donn lieu la parution initiale. Plus grande sera ma dette envers le cheikh Dr Mahmoud Azab de l'Universit Al Azhar, qui s'est livr une relecture de ma traduction aussi savante que mticuleuse ( ... ). Redevable ces connaisseurs de leurs prcieuses remarques, je reste, m'tant ralli la plupart mais non toutes, seul responsable des faiblesses d'une entreprise o il est, selon tant de bons esprits, impossible de russir.

Comme islamologue, Jacques Berque aimait rappeler que l'islam pouvait, sa manire, participer au devenir des tres humains et de leurs valeurs. Dans une certaine mesure, il nous apparat comme un utopiste du rel en mesure de rpondre aux dfis des vicissitudes et de la nouvelle smantique du monde. Souhaitant ici, comme ailleurs, ancrer sa pense dans le rel, il fut l'origine de l'mission tlvise Connatre l'islam, que France 2 diffuse tous les dimanches matin.

Mieux que quiconque, Jacques Berque savait que l'encre du savant est plus sacre que le sang du martyr .

 

UN HOMME DE CONVICTION

Mais le professeur au Collge de France Jacques Berque (o, partir de 1956, il occupe, aprs Louis Massignon, la chaire de L'histoire sociale de l'islam contemporain) fut, aussi, un homme de conviction.

Il aimait s'identifier aux valeurs de la Rpublique. Celles-ci apparaissent dans des tudes menes pour le gouvernement et, notamment, dans son texte de 1985 crit la demande de Jean-Pierre Chevnernent sur L'immigration /'cole de la Rpublique. Il crit, notamment, propos de la France: Notre propre mondialit commence l're islamo-mditerranenne reprsente sur notre sol par tant d'ouvriers, d'intellectuels et d'coliers, lesquels rejoignent par un long cheminement le discours d'Averros sur notre colline Sainte Genevive .

Mais cet islamologue se doublait d'un traducteur du Coran. Les spcialistes ont mis l'accent sur le caractre littraire et historique de cette traduction. La mthode utilise fut large- ment pluridisciplinaire, au carrefour - comme il disait - de la linguistique, de l'histoire orientale et des analyses conceptuelles, pour ne rien dire d'un recours l'anthropologie des religions. Il puise donc, pour ce faire, dans des donnes extrieures au texte, qu'elles fus- sent ou non inspires de lui. Ds lors, on imagine facilement les critiques que cette uvre a pu susciter.

Cette indpendance d'esprit est d'ailleurs l'une des caractristiques de l'homme que nous voquons. Il jettera sur le protectorat un regard lucide et parfois ravageur, ce qui lui vaudra, par mesure disciplinaire, d'tre mut de Rabat au fin fond du Haut Atlas marocain Imin-tanout, o il servira de 1947 1953. Aprs quoi, il quittera le Maroc pour l'Egypte comme consultant de l'UNESCO.

Jacques Berque soutint galement, avec force, la cause de la libration et de l'indpendance des peuples. C'est dans ces occasions que j'ai eu l'honneur de le rencontrer, de fraterniser avec lui, et de mettre parfois mes pas dans les siens. Le soutien aux peuples vietnamien, algrien et palestinien, le dialogue entre les deux rives de la Mditerrane, le combat pour un Qubec libre, la lutte pour la leve de l'embargo en Iraq illustrent nos communes Andalousies.

L comme ailleurs, il a su faire la part des choses. Aprs avoir observ que l'Iraq avait, au nom d'un contentieux bien rel, qui l'opposait au Koweit depuis l'poque ottomane, commis une erreur , il ajoutait aussitt: L'ONU aurait d traiter cette erreur par la ngociation plutt que par les menaces et les mises en demeure infamantes, elle qui, sur d'autres occupations de territoires, s'tait montre et se montre encore patiente . Il ajoutait d'ailleurs: il est vrai que le contrevenant tait cette fois un peuple arabe.

 

retour la page des biographies